Index 2009-2013 du blog

Publicités

Lettre naturopathique de mai 2010

Lettre  réalisée par :
Marylène Jamaux, naturopathe, conseil en nutrition, réflexologie plantaire 6, rue Roc 31300 Toulouse tél : 0630307320 marylene.jamaux@free.fr
Elisabeth Lacombe-Carraud, diplômée en naturopathie et réflexologie plantaire Présidente de l’Association Natuvie elisabeth.lacombe@gmail.com

Attention, chaud!

C’est bientôt la saison des barbecues et autres grillades estivales. Une occasion de faire le point sur les modes de cuisson les plus adaptés pour notre bien-être.

Nous savons que pour contribuer à la bonne santé, bien choisir ses aliments est important. Mais cuisiner ces aliments de manière adéquate c’est encore mieux.

Outre un rôle d’élimination des bactéries, cuire les aliments permet notamment d’en rehausser la saveur. Malheureusement, à partir de certaines températures cela contribue également à leur faire perdre leurs qualités nutritives et à produire des substances nocives (à 60° la vitamine  est détruite et les autres vitamines à partir de 110°…au delà de 300° développement d’hydrocarbures cancérigènes…).

A noter que la température de cuisson s’élève jusqu’à 140° dans une cocotte minute et de 300 à 700° au cours d’une friture ou d’une grillade. On peut baisser la température d’un four classique, mais en adoptant une cuisson d’autant plus longue que la température est basse.

Ainsi, ce que nos aliments supportent le mieux d’une manière générale c’est d’être cuits le moins longtemps possible à la température la plus faible possible. Ce qui nous fera préférer une cuisson à l’étouffée, la vapeur douce ou au bainmarie.

Faut-il renoncer pour autant aux grillades ? Non, à condition de ne pas en abuser.

Il existe également quelques astuces pour améliorer la qualité de la grillade :

  • Préférer un gril vertical qui diminue la quantité de graisses au contact des braises.
  • En cas de gril horizontal, placer les aliments à plus de dix centimètres des braises et les retourner toutes les minutes pour éviter une surchauffe.
  • Faire mariner la viande avant la cuisson avec du romarin réduirait la libération des hydrocarbures.
  • Ne pas consommer les morceaux carbonisés ou très brunis.
  • Enfin, penser à ajouter de nombreux légumes pour leurs propriétés antioxydantes, de préférence crus.

En conclusion, ne vous privez pas des plaisirs des grillades de plein air mais réduisez leur fréquence. Pensez à augmenter votre consommation d’aliments crus et cuisinez de préférence à l’étouffée, à la vapeur douce ou au bain marie.

Retrouver la santé par l’oligothérapie

Les oligoéléments sont des minéraux présents dans l’organisme en très petites quantités mais dont le rôle est indispensable aux fonctions métaboliques et enzymatiques. C’est le docteur Ménétrier* (à la suite des travaux du chimiste Gabriel Bertrand) qui fut un pionnier dans l’utilisation des oligoéléments en médecine.

La réceptivité à certaines maladies est variable selon l’âge et les conditions de vie. Elle est en rapport avec les échanges physiologiques du corps, régulés (catalysés) par des oligoéléments. Le docteur Ménétrier a défini des terrains morbides c’est-à-dire la propension à développer certaines maladies, qui peuvent être corrigés par ces oligoéléments.

Par exemple, le manganèse permet de traiter les terrains arthritiques et allergiques, qui se manifestent souvent par un ou plusieurs des symptômes suivants : migraines, eczéma, asthme, rhinites , coryza…, arthrite, difficultés digestives (foie), colites, hyperthyroïdie…

Des expérimentations ont montré le rôle biologique essentiel des oligoéléments. Le docteur Picard* les a utilisés en thérapeutique dite catalytique.

Quelles sont les conséquences d’un manque d’oligoéléments ?

Les carences ou subcarences provoquent une diminution des activités enzymatiques et des perturbations hormonales. Sans correction, cela entraîne des troubles fonctionnels évoluant vers des troubles organiques aigus puis chroniques.

Les subcarences peuvent venir :

  • d’apports alimentaires insuffisants
  • d’une mauvaise assimilation
  • de l’environnement pollué : de l’air et des aliments
  • du mode de vie actuel : stress, manque ou excès d’exercice, alimentation déséquilibrée.

On pourra pallier ces carences par une oligothérapie globale (remède constitué de l’ensemble des oligoéléments) qui relancera l’activité enzymatique et le système immunitaire.

Depuis quelques années, les compléments alimentaires ont intégré les connaissances sur l’action des oligo-éléments en les rajoutant dans de nombreux produits.

A titre d’exemples, on pourra noter la présence :

  • de chrome, de magnésium, de zinc dans les compléments pour l’équilibre glglycémique et le diabète,
  • de zinc et de sélénium dans l’hypertrophie bénigne de la prostate, avec le saw palmetto, le Pygeum africanum et les graines de courge,
  • de cobalt dans les troubles du système sympathique, la migraine,
  • de cuivre et de manganèse pour prévenir l’arthrose, avec le sulfate de chondroïtine et de glucosamine…

Les oligoéléments présents dans l’organisme sont l’aluminium, le bore, le cobalt, le chrome, le cuivre, l’étain, le germanium, le fer, le fluor, l’iode, le lithium, le manganèse, le molybdène, le nickel, le sélénium, le silicium, le vanadium, le zinc…

Le calcium, le magnésium, le potassium, le phosphore, le soufre sont des macro-éléments, présents dans le corps en plus grande quantité, mais ils peuvent être aussi prescrits à dose oligothérapique, pour équilibrer un terrain.

*Ménétrier,  J, La médecine des fonctions, Paris, Le François, 1978.

*Picard, H, Utilisation thérapeutique des oligo-éléments, Paris, Maloine, 1985.

Légumes et fruits de l’été

Aubergine à la japonaise

LEGUMES ET FRUITS


LEGUMES


FRUITS
AUBERGINE              ARTICHAUT

BLETTE                     BETTERAVE

CAROTTE NOUVELLE

CONCOMBRE             COURGETTE

POIREAU

POIVRON

ROQUETTE

TOMATE

FENOUIL

PETITS POIS

POIS GOURMANDS

FRAISE                   CERISE

FIGUE                     PECHE

NECTARINE             BRUGNON

FRUITS ROUGES (cassis, mûres, framboises, groseilles, …)

PASTEQUE             MELON

POMME                  POIRE

MIRABELLE             PRUNE

AMANDE

Lettre naturopathique de Mars-Avril 2010

Lettre  réalisée par :

Marylène Jamaux, naturopathe, conseil en nutrition, réflexologie plantaire
6, rue Roc 31300 Toulouse
tél : 0630307320
marylene.jamaux@free.fr
Elisabeth Lacombe-Carraud, diplômée en naturopathie et réflexologie plantaire
Présidente de l’Association Natuvie
elisabeth.lacombe@gmail.com

Meatless monday- Lundi sans viande!

Et si on réduisait notre consommation de viande ?

Que les motivations soient écologiques1, éthiques ou de santé2, nous sommes de plus en plus incités à diminuer notre consommation de viande et surtout de viande rouge (bœuf, veau, porc, agneau, gibier) trop riches en graisses saturées.

De nombreuses initiatives apparaissent, à l’instar du mouvement anglo-saxon « meatless Monday »3 qui préconise de ne pas consommer de viande le lundi.

La viande est source de protéines indispensables à notre organisme. Elles ont un rôle dans la construction, la croissance, la réparation et le renouvellement de nombreuses cellules.

La viande rouge (la plus incriminée) est aussi une bonne source de fer.

Les sources de protéines sont les œufs, les viandes, les produits laitiers, le soja (tofu, tempeh…) les légumineuses. Les céréales et oléagineux en contiennent en moindre quantité.

Très présentes dans les pays méditerranéens et latino-américains, les légumineuses (lentilles, haricots secs, pois chiches, pois cassés, fèves) ont souvent disparu de nos assiettes.

Elles apparaissent pourtant comme une excellente alternative à la viande. En effet, elles sont riches en fibres, protéines et fer. Elles sont également faibles en gras et sont peu coûteuses par rapport à la viande.

Par ailleurs leur effet rassasiant permet un meilleur contrôle du poids et de la glycémie. Selon une étude canadienne4, les lentilles permettraient même d’augmenter les performances sportives grâce à un faible index glycémique et une teneur élevée en protéines.

Les personnes fragiles au niveau intestinal privilégieront les légumineuses de petites tailles comme les lentilles plus faciles à digérer.

Il faut faire tremper les légumineuses une nuit entière avant de pouvoir les consommer (sauf lentilles).

A noter que l’association légumineuses + céréales (ex : haricots rouges + maïs) permettra une composition plus riches en protéines.

De nombreux sites proposent diverses façons d’accommoder les légumineuses.

Bon appétit !

1. http://www.fao.org/AG/fr/magazine/0612sp1.htm ; http://www.neo-planete.com/author/michael/ ; Friel S, Dangour AD, Garnett T et al. Public health benefits of strategies to reduce greenhouse-gas emissions: food and agriculture,Lancet, 2009, nov ; http://www.ushuaia.com/ushuaia-terre/info-planete/actu-en-continu/conso/0,,5670018,00-neoplanete-polemique-autour-de-la-viande-.html

2. http://www.sante.gouv.fr/htm/pointsur/nutrition/actions42_cancer.pdf#23, pages 20/21

3. www.meatlessmonday.com ; http://www.lundisansviande.net/2009/12/22/lancement-officiel-du-lundi-sans-viande-au-quebec/

4. http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=2008030311&source=bulletin

La bonne santé, c’est quoi?

Se réveiller en pleine forme, se sentir plein d’énergie, avoir l’esprit vif, une humeur équilibrée, une bonne motivation, avoir l’air physiquement en forme avec une belle peau, ne pas prendre trop

de poids sont les principaux signes indiquant une bonne santé qui ne se définit pas uniquement par l’absence de maladie.

D’après le naturopathe Patrick Holford1 environ 80% des gens souffrent de constipation, montrent de l’impatience devant toute opposition, ont des baisses d’énergie. 65% des personnes sont débordées, anxieuses, ont des problèmes de digestion, de méno-pause ou lors des menstruations, dorment trop (plus de 8h). 50 à 59% souffrent de flatulence, présentent une peau sèche, ont des difficultés de sommeil, se mettent facilement en colère, ont des cernes sous les yeux, font de la rétention hydrique… etc.

La plupart des personnes ont des problèmes par rapport à leur niveau d’énergie, au stress, à leur santé mentale.

Tous ces signes les éloignent de la bonne santé et peuvent les amener à développer des maladies chroniques.

En quoi la naturopathie peut-elle aider ?

La naturopathie recouvre un ensemble de méthodes de soin naturelles pour se maintenir en santé et rectifier un terrain physiologique perturbé et

déséquilibré avant qu’une maladie ne se déclare.

Les produits utilisés sont d’origine naturelle (et si possible d’origine biologique) contrairement aux médicaments composés de molécules de synthèse.

Les méthodes naturopathiques

1.      Une bonne alimentation. La première méthode est de bien se nourrir, avec réforme alimentaire si nécessaire. Une bonne alimentation fournit tous les nutriments essentiels, est hypotoxique (apportant le moins possible de toxiques et toxines), garantit l’équilibre acido-basique du corps2

2.      Des plantes sous forme  d’extraits (pour le bon fonctionnement des appareils digestif, circulatoire, nerveux…), d’huiles essentielles ou d’hydrolats (efficaces sur les atteintes microbiennes, virales, et les problèmes circulatoires).

3.      Des compléments alimentaires (oligoéléments, minéraux, vitamines, acides gras essentiels, acides aminés, antioxydants…) pour un rééquilibrage physiologique de l’organisme.

4.   Des techniques manuelles comme la réflexologie plantaire, les massages… Citons également les méthodes basées plus spécifiquement sur les principes de l’équilibre énergétique (kinésiologie par exemple) ou de l’équilibre émotionnel comme l’utilisation des fleurs de Bach.

Il faut prendre conscience que l’utilisation de produits naturels à des doses efficaces nécessite une observation et une analyse personnalisée par un praticien de santé formé à la naturopathie.

Par exemple, si vous consultez un naturopathe pour une prise de poids avec fatigue, il recherchera, par un interrogatoire précis et complet, confirmé par un examen de votre iris (technique iridologique) les causes profondes de votre état : déséquilibre thyroïdien, hormonal, problèmes digestifs, neurologiques… Il pratiquera ensuite un redressement de votre terrain vous permettant de retrouver tous les signes de la bonne santé.

1-Patrick Holford, « The 10 secrets of 100% healthy people »

2-voir newsletter de mai 2009

Légumes et fruits du mois

LEGUMES FRUITS


CHOUX                         ARTICHAUTS

CONCOMBRES               PANAIS

MACHE                         PISSENLITS

ROMAINE                      SALSIFIS

SCAROLE                      ENDIVES

TOPINAMBOUR

POMMES

POIRES

BANANES

DATTES

ORANGES (fin)

KIWIS