Le « diabète » du cerveau

  • Le Dr. Newport a découvert que la maladie d’Alzheimer présentait des similarités avec un « diabète du cerveau » : le cerveau n’est plus capable d’utiliser le glucose correctement en raison d’un problème d’insuline. Il en résulte la mort des neurones, les uns après les autres. Le Dr. Newport a découvert que les cétones fournissaient un carburant alternatif. Les cétones sont fabriquées par le foie quand on s’alimente avec des triglycérides à chaîne moyenne. L’huile de noix de coco en contient.

Consulter: http://naturalsociety.com/miracle-solution-coconut-oil-alzheimers-treatment/#ixzz2Qvh90Knl
A voir aussi: @naturalsociety on Twitter | NaturalSociety on Facebook

Un rappel

La vitamine E (celle qui contient des tocophérols mélangés et des tocotriénols pourrait protéger de la maladie d’Alzheimer.

Les tocotriénols sont principalement extraits de l’huile de palme. Dans l’alimentation, on les trouve dans l’ huile de palme, de noix de coco et de maïs, dans le beurre de cacao (chocolat) et dans les germes de blé et d’orge.

On trouve les autres formes de vitamines E également dans les aliments gras: huiles, noix, germes des grains, etc.


Publicités

Prévention des maladies dégénératives du cerveau

Informations relevées sur le site de Patrick Holford :

  • L’alimentation de type méditerranéen pourrait diminuer le risque de maladie de Parkinson et celui de la maladie d’Alzheimer.

Référence : Alcalay RN, Gu Y, Mejia-Santana H, Cote L, Marder KS, Scarmeas N (2012) The association between Mediterranean diet adherence and Parkinson’s disease. Movement Disorders, Feb 7
  • Le taux de protéines bêta-amyloïdes (dépôt caractéristique dans le cerveau des malades Alzheimer) diminue avec un régime riche en omega 3.

Référence : Gu Y, Schupf N, Cosentino SA, Luchsinger JA, Scarmeas N. (2012) Nutrient intake and plasma β-amyloid. Neurology. May 2.
  • L’expérimentation a montré une forte corrélation entre les démences et le non contrôle de la glycémie.

Référence : Stafstrom CE, Rho JM. (2012) The ketogenic diet as a treatment paradigm for diverse neurological disorders. Front Pharmacol. 3:59

On peut donc penser qu’un régime alimentaire à faible charge glycémique (réduction des sucres et des hydrates de carbone raffinés) serait bénéfique pour la prévention de la dégénérescence du cerveau.

De plus, cela fait perdre du poids…

Voir :  https://natuvie.wordpress.com/2012/01/27/apres-les-fetes-perdre-du-poids-par-lalimentation-a-faible-charge-glycemique/

Après les fêtes : perdre du poids par l’alimentation à faible charge glycémique

Voulez-vous perdre du poids après les fêtes et avant la belle saison?

Quelques rappels pour comprendre comment ça marche (ou pourquoi ça ne marche pas…)

Le métabolisme est la manière dont la nourriture est changée en énergie ou bien stockée en graisse. Ce métabolisme est en partie hérité mais en changeant la manière de nous nourrir, nous pouvons en quelque sorte le reprogrammer pour brûler davantage les graisses au lieu de les stocker. La diététique et la médecine ont trouvé des méthodes pour perdre du poids, comme :

  • le régime basse calorie, qui fait perdre du poids mais diminue le métabolisme car le corps veut conserver ses graisses. Lorsqu’on reprend une alimentation plus calorique, on regagne le poids perdu par effet rebond
  • le régime hyper-protéiné, basé sur l’idée (juste) que le sucre fait grossir et donc qu’il faut le supprimer.

Les régimes dits hyper-protéinés (préconisés par Atkins puis Dukan en France) sont des régimes riches en protéines et en lipides. Ils marchent  car les gens mangent moins en raison d’une glycémie contrôlée. Le problème est leur dangerosité au long terme, avec entre autres effets :

  • des problèmes rénaux causés par les déchets en excès (cétones très toxiques), rétention d’eau, risque de calculs
  • une perte de calcium due à une alimentation trop acidifiante et au final une perte d’os
  • un risque augmenté de cancer du sein et de la prostate ainsi que du cancer du colon : la cause en est l’ingestion accrue d’oestrogènes et de facteurs de croissance insuline-like (IgF1) des produits laitiers et de la viande de boeuf
  • une sous-activité de la thyroïde (suppression de la production de thyroxine).

Et bien sûr, l’alimentation est totalement déséquilibrée : déficience en vitamines, antioxydants, fibres. Du point de vue de leur efficacité amaigrissante, les régimes hyper-protéinés provoquent une perte de poids importante les 4 premières semaines, mais ne s’attaquent pas aux graisses. Quand on stoppe, il y a un effet rebond, avec reprise de poids…

On n’a pas besoin de supprimer les glucides pour perdre du poids, ce processus marche également en consommant protéines et  glucides à faible charge glycémique.

La charge glycémique est la mesure de l’impact des glucides alimentaires dans le corps, qui tient compte de la quantité de glucides que contient un aliment et de sa capacité à élever le taux de glucose dans le sang (qualité du glucide). Ce qui est important à considérer pour équilibrer sa ration alimentaire, c’est la quantité totale de glucides dans la ration alimentaire.

Cette alimentation est comparable à celle recommandée pour les diabétiques. Elle a été étudiée dans le détail par le naturopathe britannique Patrick Holford dans son livre « The low GL diet bible ». Il a ainsi élaboré une méthode précise. C’est un régime basé essentiellement sur la qualité, même si le résultat effectif est une diminution des calories, une proportion légèrement moindre des lipides ainsi qu’une augmentation relative de la part protéique.

Pourquoi le sucre et certains glucides (à haute charge glycémique HCG) font grossir?

L’ingestion de sucre et de glucides à HCG provoque une élévation du taux de glucose dans le sang (hyperglycémie), le pancréas sécrète de l’insuline pour ramener ce taux à la normale. La baisse de la glycémie entraîne une envie de sucre ou de stimulant et si on y succombe une nouvelle élévation de la glycémie. L’insuline a aussi pour fonction de transporter le glucose dans les cellules, pour produire l’énergie nécessaire à la vie. S’il y a trop de glucose par rapport à l’énergie nécessaire, celui-ci est transformé en graisse qui est stockée dans les cellules. Une absorption de sucre trop fréquente ou trop abondante fait sécréter trop d’insuline, ce qui va provoquer in fine une accumulation de graisse au lieu de produire de l’énergie. De plus, la graisse ne va pas pouvoir être déstockée…

Autres inconvénients à un taux d’insuline trop élevé :

  • cela endommage les artères et peut être la cause de maladies cardio-vasculaires,
  • d’autre part, les cellules deviennent insulino-résistantes, c’est-à-dire que l’insuline n’est plus assez efficace pour le transport et la « livraison » du glucose et le pancréas doit en sécréter toujours davantage
  • le résultat à plus long terme est le déclenchement d’un diabète.
Pour perdre du poids durablement sans effet rebond, et rester en bonne santé, voici les caractéristiques du régime de P. Holford :
  • contrôle de la glycémie en choisissant les aliments à faible charge glycémique; mélanger protéines et glucides, ce qui ralentit la présence du glucose dans le sang; faire 3 repas principaux et 2 collations; essayer de ne faire pas plus de 2 repas de viande par semaine, 3 repas de poisson, les autres repas seront végétariens
  • consommation des bons lipides (insaturés) en évitant les « mauvais » (graisses saturées, hydrogénées)
  • éliminer les aliments auxquels on est allergique sans le savoir, ce qui entraînera une perte de poids
  • prendre éventuellement les bons compléments : la vitamine C équilibre le taux de sucre et accélère la combustion des graisses (1000 mg par jour), le chrome également, l’acide hydroxycitrique (HCA) du tamarin, le 5 HTP de la Griffonia…
  • faire de l’exercice chaque jour, ce qui équilibre le taux de sucre sanguin et modère l’appétit. Les personnes qui ne font pas d’exercice ont tendance à manger plus que celles qui s’activent.

En résumé

Avantages Principales caractéristiques de ce mode alimentaire
– On ne ressent pas la faim, on est rassasié ! En raison de l’équilibre des rations -la ration quotidienne, qui en conséquence diminue en glucides,  sera augmentée en protéines (mais il ne s’agit pas d’un régime hyper-protéiné)
– Il n’y a pas d’effet rebond quand on revient à des portions glucidiques un peu plus importantes, car le corps s’adapte à cette alimentation de manière positive -on ne se préoccupe pas des calories dont la quantité est diminuée en raison de la restriction glucidique et va avoisiner les 1500 Kcal

Quelle est la méthode dans le détail et la pratique?

Privilégier les aliments à faible charge glycémique de façon à ne pas dépasser quotidiennement le taux de 40 CG (Charge Glycémique)

Il faut comptabiliser les charges glycémiques des aliments dans un premier temps (une semaine au moins), afin de connaître les aliments à privilégier et ceux à éviter : voir le tableau ci-dessous

Certains aliments doivent être évités ou rationnés en raison de leur forte charge glycémique (en rouge)

Aliment glucidique Quantité Charge glycémique
Sucres et desserts  Dattes 10 g ou une datte 7
Sucre 10 g 7
Miel 10 g 5
Confiture 10 g soit une cuillère à café 5
Confiture allégée 10 g 2,6
Raisins secs 10 g 4,3
Compote de pommes 100 g 12
Chocolat Un carré de 10 g 2,5
Fructose une cuillère à café 1
Sirop d’agave ou xylitol une cuillère à café 0,5
Cacao en poudre une cuillère à soupe 1,2
Céréales du petit déjeuner Céréales sucrées 100 g 56
Riz soufflé 100 g 81
Corn flakes 100 g 72
Flocons d’avoine 100 g 5
Porridge Une portion 30 g sec 2
Céréales Riz blanc 100 g cuit 16
Couscous 100 g cuit 16
Riz blanc basmati (plus d’amylose que dans le riz blanc ordinaire) 100 g cuit 14
Riz complet 100 g cuit 12
Macaroni 100 g cuit 12
Pâtes blanches 100 g cuit 10
Pâtes complètes 100 g cuit 9 à 10
Pain Croissant 60 g (unité) 18,4
Pain blanc (baguette) 30 g (un tiers de baguette) 15
Pain de mie 30 g 11
Pain complet, pain de seigle foncé 30 g (une tranche) 7 à 9
Pain de riz 30 g 7
Féculents Frites 100g 16
Pomme de terre en purée 100g 12 à 15
Pomme de terre au four 60 g 7
Patate douce 60 g 7
Pomme de terre bouillie 70 g (une pomme de terre) 7
Légumes racine  Panais 30 g 5
Carotte crue 70 g (une carotte) 3,2
Carotte cuite 2,7
Légumineuses Fèves 90 g 21
Pois chiches cuits 150 g 8
Châtaignes 150 g 8
Haricots rouges 6
Quinoa cuit 90 g 5
Lentilles 150 g 5
Fruits Raisins 10 grains 5
Banane une 10
Papaye Une demie 10
Mangue Un quart (120 g) 10
Pruneaux 6 10
Pomme, kiwi Un ou une 6
Pêche, orange une 5 à 7
Abricots, prunes 4 5
Poire, melon, pastèque (120 g) 120 g 4
Cerises 120 g 3
Pamplemousse Un petit 3
Mûres, myrtilles, framboises, fraises 120 g 1
Légumes Manger à volonté 1 à 2
Boissons Apéritif sucré Un verre (115 ml) 16
Coca cola 115 ml 8
Jus de fruit  115 ml Environ 6
Vin rouge 2
Vin blanc 1