Encore la vitamine D

C’est le moment d’en prendre, surtout si l’on n’a pas eu sa dose de soleil cet été…

https://natuvie.wordpress.com/2012/03/08/pele-mele-sante/

http://anamacap.fr/telechargement/alimentation/vitamined2.pdf

Pour en savoir plus (HS Alternatif bien-être, septembre 2013)

Son utilité

Réduction de l’incidence de certaines maladies (dans l’ordre selon le taux croissant de vitamine D dans le sérum du sang) : asthme, infarctus, hypertension, grippe, fracture, ostéoporose, diabète, cancer du sein, cancer du côlon, sclérose en plaques, leucémie, cancer de la vessie, du pancréas, de l’endomètre, du rein…

La dose à ne pas dépasser

Le dosage sérique normal devrait être compris entre 40 et 60 ng/ml. L’optimum selon les chercheurs serait entre 50 et 80 ng/ml.

Il est recommandé de ne pas prendre plus de 10000 UI par jour, c’est-à-dire 250 microgrammes. Le conseil supérieur d’hygiène publique  est loin du compte en recommandant 1000UI (25 microgrammes)

Pour se retrouver dans les unités (micro-gramme ou UI : unité internationale) employées dans les compléments :

1 UI = 0,025 μg de calciférol ou encore 1 μg = 40 UI

Dans une analyse du sérum sanguin, on mesure la vitamine D sous la forme de 25(OH)D3. Le résultat est exprimé en nanogrammes par millilitres (ng/mL) ou en nanomoles par litre (nmol/L). On passe des ng/mL aux nmol/L en multipliant les premières par 2,5.

Quelle vitamine D?

La D3 (cholécalciférol), d’origine animale

Eviter l’ Uvédose qui contient un conservateur supposé cancérigène.

Extrait de Franchement Santé (JY Dionne)

http://www.jydionne.com/bleuet-et-systeme-immunitaire/

Une étude toute récente montre que la consommation de bleuet (Vaccinium angustifolium, Vaccinium spp) pourrait augmenter l’effet de la vitamine D sur le système immunitaire.
On sait déjà que la vitamine D circulante (calcidiol ou 25[OH] vitamine D) est transformée dans les cellules du système immunitaire dans sa forme active (calcitriol ou 1,25[OH]2 vitamine D). Cette dernière est nécessaire à la production de cathélicidines, des molécules bactéricides et viricides. Ces catélicidines font partie des outils des cellules de défense pour tuer les intrus. Lorsque la vitamine D n’est pas présente en quantité suffisante, les macrophages (les cellules de défense de première ligne) sont moins efficaces, voire inefficaces, pour nous défendre des infections et des contagions. D’où l’importance de maintenir un taux satisfaisant de vitamine D.

Quel est le rôle du bleuet?

Des chercheurs ont trouvé que, lorsqu’elles sont en présence de vitamine D et de certaines molécules du bleuet, les cellules immunitaires sont plus efficaces pour produire des cathélicidines. Les molécules du bleuet dont il est question sont des ptérostilbènes (un nouveau nom dont il faudra se rappeler  ) qui font partie du même groupe qu’une molécule plus connue, le resvératrol. Le ptérostilbène (bleuet) et le resvératrol (raisins foncés et renouée du Japon) sont des alliés de la vitamine D pour que le système immunitaire soit efficace.(1)
Pour mes lecteurs européens, le bleuet d’ici n’est pas la fleur bleue, centaurée, mais le petit fruit bleu, cousin de votre myrtille. En fait, ces deux baies sont très proches parentes. Leurs noms latins sont Vaccinium myrtillus pour la myrtille et Vaccinium angustifolium ou, quelques fois, Vaccinium myrtilloides pour le bleuet sauvage. Les compositions chimiques, sans être identiques, sont très similaires.

 

Publicités

Alimentation et compléments alimentaires pour prévenir les maladies de l’âge et conserver la santé

Conférence au salon Vivez nature 26 mars 2011

Pour obtenir le fichier powerpoint de la conférence, le demander à l’adresse elisabeth.lacombe@gmail.com

Sommaire

Le vieillissement

L’espérance de vie en chiffres

Les causes du vieillissement, le rôle des radicaux libres

L’alimentation

Les principes naturopathiques de santé

Les compléments alimentaires

Les problèmes spécifiques du vieillissement et leurs remèdes