Quid de la grippe ?

L’immunité

Si vous prenez des anti-oxydants (vitamines C, E…), n’oubliez pas que le système immunitaire utilise les radicaux libres pour détruire les virus. Il faut donc cesser d’en prendre quand on commence à ressentir les premiers symptômes d’une maladie infectieuse.

Par contre, vous pouvez continuer à prendre des « boosters » de l’immunité comme l’Echinacea, les champignons asiatiques…et bien sûr vous badigeonner d’huiles essentielles *. On peut aussi boire de l’hydrolat de sarriette des montagnes dans de l’eau chaude (1 cuillère à soupe pour trois tasses).

L’homéopathie

N’oublions pas les protecteurs homéopathiques : sérum de Yersin et influenzinum en alternance chaque semaine, oscillococcinum chaque semaine.

Influenzinum : dilution infinitésimale du vaccin anti-grippal de l’année

Sérum de yersin : biothérapique qui stimule les anticorps de manière non spécifique et prévient les complications bactériennes pulmonaires

Oscillococcinum : préparé à partir d’un autolysat aseptique filtré de cœur de canard de barbarie. C’est « l’antiviral » homéopathique.

(Informations du site http://www.pharmechange.com/sections.php?op=viewarticle&artid=139)

La grippe se manifeste…

Si malgré toutes ces précautions, les vilains virus ont le dessus, il faudra :

-adopter une alimentation légère, dépourvue de graisses cuites, de sucreries et de laitages, boire des jus d’agrumes, de grenade

-prendre des antibiotiques naturels comme l’extrait de pépins de pamplemousse (magasins diététiques)

-augmenter les compléments immunostimulants (Echinacée, shiitake, reishi, maitake…) et les plantes comme l’écorce de cannelle, la matricaire, la gentiane, le romarin, le laurier, la girofle, les baies de sureau…

-prendre 2 gouttes par jour, dans une cuillère de miel, d’huile essentielle d’Eucalyptus radiata, ravintsara, lavande aspic, laurier noble, mélaleuque (tea tree), cannelle de Ceylan écorce (au choix)…

-pratiquer des inhalations avec les huiles de pin sylvestre, lavande aspic, Eucalyptus radiata (action sur les voies respiratoires hautes) ou E. globulus ou E. smiti ou cyprès vert (action sur les poumons)…

-en homéopathie : oscillococcinum, phosphorus

*Attention à ne pas utiliser pures d’huiles dermocaustiques contenant des phénols comme l’origan ou le thym à thymol (le thym à thujanol n’est pas dermotoxique): regarder la composition des huiles.

Mettez du curcuma dans vos plats!

La curcumine, pigment jaune du curcuma, a des vertus antioxydantes, antiseptiques et antiinflammatoires. Des travaux récents montrent une action préventive sur la maladie d’Alzheimer, en luttant contre les plaques amyloïdes caractéristiques de la maladie. Il faut l’associer à la vitamine D. Les populations consommant beaucoup de curry (le curcuma en est un des composants) sont moins sujettes à la maladie.

Pour une meilleure absorption, il convient d’ajouter du poivre.

Et il contribue à diminuer le taux de cholestérol…



 

 

Le cholestérol : qu’en penser?

Les causes

Les causes principales peuvent être une alimentation trop riche en acides gras saturés (produits industriels, y compris les biscuits…), une vie trop sédentaire, le stress !

Mais il ne faut pas le diaboliser car il est indispensable à l’organisme en tant que composants des membranes cellulaires, précurseur des acides biliaires, de la vitamine D, des hormones stéroïdes et sexuelles etc…

On peut consulter les livres du Dr Michel de Lorgeril : « Dites à votre médecin que votre cholestérol  est innocent, il vous soignera sans médicament » et du Dr Raoul Relouzat : « Bien vivre avec mon cholestérol ».

L’article polémique http://www.theheart.org/article/797327.do a disparu! Il disait : Au lieu de prévenir avec des médicaments, de Lorgeril propose de se tourner vers les vrais problèmes qui mènent à l’infarctus comme l’excès de graisses saturées, le tabagisme, la sédentarité. «  Il est faux de se croire protégé parce qu’on diminue son cholestérol. Il ne tient qu’à nous de prendre notre santé entre nos mains, notamment en se rapprochant du régime méditerranéen. »

Voir donc le site de Lorgeril : http://michel.delorgeril.info/index.php/Cholesterol

Le bilan

Quelles sont les normes concernant le cholestérol ?

S’il y a une chose à retenir, c’est le rapport entre le cholestérol total et le cholestérol HDL : ce rapport doit être inférieur à 4,5.

C’est le cholestérol LDL qui risque de se déposer sur les parois artérielles et provoquer ainsi l’athérosclérose, si celles-ci sont endommagées. Le rapport LDL sur HDL doit être inférieur à 3,55 (Pratiques de Santé, octobre 2006).

Pour mieux connaître le risque d’athérosclérose, il faut aussi doser la lipoprotéine a [Lp(a)]

dont le rôle a été plus récemment découvert. Plus le taux de Lp(a) est élevé, plus le danger d’athérosclérose augmente.

Que faire si « on a du cholestérol »?

Que faire si on n’est pas dans les normes ?

–       adopter une bonne alimentation, en insistant sur poissons gras plutôt que viande, légumes et agrumes (voir ci-dessous les bienfaits du pamplemousse). Selon le Dr Joyeux, les aliments qui réduisent le taux de cholestérol (consommés régulièrement) sont les haricots secs, le soja, la pomme, l’aubergine, les flocons d’avoine, l’ail.

–       bouger, faire de l’exercice…L’exercice physique empêche les dépôts (par exemple du LDL dans les artères), active les organes éliminateurs (foie, reins, peau, poumons…), désacidifie les tissus, optimise la souplesse des muscles et des articulations

–       aider le foie, nettoyer le sang (cures de plantes au moins 2 fois par an)

–       prendre des compléments faisant baisser le LDL (cures 2 fois par an) : levure de riz rouge, policosanol, phytostérols, vitamine E, ou protégeant les artères de l’athérome : resvératrol, omega 3, huile de krill (petite crevette), flavonoïde (quercétine)…

–       diminuer le stress : avec le magnésium notamment (on normalise plus facilement le taux de cholestérol en ajoutant du magnésium au traitement classique).

Les statines

Faut-il renoncer à prendre des statines ?

La France est le 2ème plus gros consommateur de statines en Europe, qui ont des effets secondaires, dont les plus fréquents sont les douleurs et troubles musculaires. Pour les éviter, prendre des statines naturelles comme la levure de riz rouge (pas plus de 2 à 3 mois car elle peut engendrer aussi une fatigue musculaire); il faut complémenter en coenzyme Q10 car les statines font diminuer son taux, qu’elles soient ou non naturelles, ce qui pourrait être nocif pour le muscle cardiaque !

Vous savez qu’il ne faut pas manger ou boire du pamplemousse quand vous prenez des statines car il potentialise leur effet, ce qui peut provoquer des atteintes musculaires graves. Mais si vous ne prenez pas de statines, le pamplemousse sera efficace contre le surplus de cholestérol, selon l’étude de la chercheuse israëlienne Shela Gorinstein : les consommateurs d’un pamplemousse rouge par jour ont vu leur taux de cholestérol total chuter de 15,5%, le pamplemousse blanc ne fait chuter que de 7,6%.